Équipe

 

Fanny de Chaillé

Fanny de Chaillé s’intéresse avant tout à la langue, aux espaces qui se trament derrière elle, cachés derrière des aspects prêts à l’emploi et ses images dramatiques stéréotypées. Un travail qu’elle a initié – sans souci du genre artistique : théâtre, danse ou performance – avec des pièces telles que Karaokurt (un karaoké de la célèbre Ursonate de Kurt Schwitters) et Le Voyage d’hiver, un travail à la fois de lecture-performance et de réécriture à partir du texte éponyme de Perec. La langue se travaille non pas à l’endroit de l’interprétation mais là où il est possible de la faire résonner comme un objet plastique, de la faire entendre comme un jeu de sens multiples.

Alexandra Baudelot – mouvement.net

© Marc Domage

De 1996 à 2001, après des études universitaires d’Esthétique à la Sorbonne, Fanny de Chaillé travaille avec Daniel Larrieu au Centre chorégraphique national de Tours, d’abord assistante à la mise en scène pour les pièces On était si tranquille, Feutre (dont elle compose la musique avec Rubin Steiner) et +Qu’hier, puis en tant qu’interprète pour Cenizas.

Fanny de Chaillé collabore en parallèle aux travaux de Matthieu Doze (réalisation des films du solo sous eXposé) et à ceux de Rachid Ouramdane (elle est interprète sur Face cachée et À l’œil nu et réalisatrice sonore pour Au bord des métamorphoses et Les Morts pudiques).

Avec Gwenaël Morin, elle joue dans le film Anéantis Movie et dans les pièces Guillaume Tell, Philoctète et Lorenzaccio.

Depuis 1995, elle crée ses propres pièces, installations et performances : Karaokurt (1996), karaoké réalisé à partir de l’œuvre de Kurt Schwitters, l’Ursonate ; La Pierre de causette (1997), installation-performance ; Le Robert (2000), performance pour un danseur et un dictionnaire ; Le Voyage d’hiver (2001), lecture performance à partir d’un texte éponyme de Georges Perec ; Wake Up (2003), concert pour 55 réveils préparés ; mais aussi Underwear, pour une politique du défilé (2003), Ta ta ta (2005), AMÉRIQUE (2006), Gonzo Conférence et À nous deux (2007), pièces chorégraphiques. Fanny de Chaillé collabore par ailleurs comme dramaturge avec Emmanuelle Huynh, pour Cribles et Shinbaï, le vol de l’âme (2009), elle assiste Alain Buffard, pour Tout va bien (2010) et Baron Samedi (2012) et rejoint une Session poster initiée par Boris Charmatz au Festival d’Avignon en 2011.

Elle a fondé avec Grégoire Monsaingeon le duo musical Les Velourses, avec qui elle conçoit Mmeellooddyy Nneellssoonn  dans la série intitulée “albums” du Théâtre de la Cité Internationale à Paris dont elle est artiste associée pendant trois ans. Elle présente en 2010, lors d’un “Week-end à la Cité”, La Bibliothèque menée avec 23 résidents de la Cité universitaire internationale, projet qu’elle continue régulièrement à mettre en œuvre en France et à l’étranger. En 2011, elle y crée Je suis un metteur en scène japonais, d’après le texte Minetti de Thomas Bernhard et Passage à l’acte co-signé avec le plasticien Philippe Ramette. En 2013, elle est invitée du Nouveau Festival du Centre Pompidou et propose avec la scénographe Nadia Lauro, La Clairière.

Ses plus récentes pièces, LE GROUPE (2014) d’après la Lettre de Lord Chandos de Hugo von Hoffmannsthal, et CGUT (2015) un hommage à Buster Keaton, ont été créées à l’Espace Malraux, Scène nationale de Chambéry et de la Savoie. Sa collaboration avec Pierre Alferi commence avec COLOC dans le cadre de l’Objet des Mots/ActOral 2012, et le duo Répèteun duo avec Pierre Alferi dans le cadre de Concordanse 2014 – et se poursuit aujourd’hui avec Les Grands (création 2017) où elle interroge le statut d’adulte et les différentes strates de réalité qui constituent un individu.

Elle est actuellement artiste associée à l’Espace Malraux, scène nationale de Chambéry et de la Savoie et au C ND Lyon.


Margot Alexandre

Margot Alexandre commence sa formation théâtrale au Conservatoire du Vème arrondissement de Paris dans la classe de Bruno Wacrenier. Depuis sa sortie, elle joue entre autres dans Clara 69 de Gildas Milin mis en scène par Maroussa Leclerc, Du Sang sur les Roses de Julie Rossello-Rochet mis en scène par Lucie Rébéré (compagnie La Maison). Elle travaille avec le collectif la vie brève autour de plusieurs travaux d’écriture au plateau dans des mises en scène de Marc Vittecoq et de Juliette Navis. Depuis plusieurs années elle collabore et participe à Un festival à Villeréal organisé par la compagnie Vous êtes ici. Au cinéma, elle tourne dans Les Louves, un moyen métrage de Nicolas Giuliani sorti en 2013 (récompensé au Festival Silhouette) et dans des films de Sébastien Téot. En 2016, elle crée avec Nans Laborde-Jourdàa la compagnie Toro Toro.

Guillaume Bailliart

Je m’appelle Guillaume Bailliart je fabrique du théâtre depuis 15 ans environ, d’abord en tant qu’acteur mais aussi du côté de la mise en scène. Voici quelques noms ou entités qui ont marqué ma vie de joueur professionnel : le Viet Vo Dao, le conservatoire d’Avignon dirigé par Pascal Papini, le Compagnonnage-Théâtre dirigé en sous-main par Sylvie Mongin Algan, Oleg Koudriachov, Alexandre Del Perrugia, Marc Tompkins, L’Olympique Pandémonium coopérative d’acteurs, Gwénael Morin, l’aïkido, Michel Raskine, l’Association Nöjd, Fanny de Chaillé, Ramdam, Ludor Citrik… 

Christine Bombal

Christine Bombal mène une carrière de danseuse depuis 1989. Elle travaille avec Phillipe Decouflé (Jeux Olympiques, Petites Pièces Montées, Denise, Decodex), Olivia Grandville (ZigZag), Daniel Larrieu (On était si tranquille, Feutre, +Qu’hier), Gilles Jobin (Moebius Strip, Under Construction), Laure Bonicel (Le bleu est à la mode cette année), Christian Rizzo (Mon amour), Enora Rivière (Ob.scène : projet éditorial). En 2005, Ta ta ta sera la première pièce de Fanny de Chaillé dans laquelle elle joue, suivront AMÉRIQUE (œil extérieur), Gonzo Conférence, Nos illusions perdues, Je suis un metteur en scène japonais et Passage à l’acte. Parallèlement à son métier d’interprète, elle collabore avec le service éducatif et des publics du CNDC d’Angers (dir. E. Huynh) à l’élaboration et à la réalisation de projets artistiques en milieu scolaire.
Depuis 2010 elle accompagne Grand Magasin en administration / production ne délaissant pas pour autant la scène.

Willy Cessa

Né en France en 1975, Willy Cessa a d’abord étudié la musique, puis l’éclairage pendant deux ans en France.
Depuis 2001, il travaille en qualité de régisseur général, régisseur lumière et concepteur d’éclairage pour différents artistes et institutions : le Centre Dramatique Régional des Pays de la Loire, Herman Diephuis, la compagnie Les Aphoristes, la compagnie KLP, Esther Aumatell, Franck II Louise, Damien Jalet, Robyn Orlin, Sidi Larbi Cherkaoui et Fanny de Chaillé.

Manuel Coursin

Dramaturge sonore, régisseur, musicien. Né à Aix-en-Provence.
Depuis 1985, j’accompagne des projets de danse contemporaine, de théâtre et autres formats éphémères et sonores comme radios, disques et installations.
Admirateur entre autres de John Cage, Luc Ferrari ou Dominique Petitgand. Durablement marqué par mes collaborations avec Grand Magasin et Marco Berretini.
Actualité partagée avec Arnaud Saury, Latifa Laâbissi, Nicolas Bouchaud / Eric Didry, Yes Igor, Fanny de Chaillé.
Je produis depuis une dizaine d’années une série de pièces « bruiteuses » intitulées Le son des choses dont le dernier épisode (n°8) se nomme 4 KM/H et a été réalisé avec Theo Kooijman, Chiara Gallerani et Eric Didry.

Christophe Ives

Une pratique mêlant la danse jazz et le nunchaku, voilà comment Christophe Ives découvre la danse, c’était dans les quartiers nord de Marseille en 1984, il avait 12 ans.
Avant que danseur devienne son métier, il se forme avec plusieurs écoles dont le Cafedanse (Aix-en-Provence) et le Conservatoire Supérieur de Paris/Villette.
Sa carrière de danseur interprète débute en 1997. Il rencontre alors le travail d’artistes aux formes singulières, des artistes comme : Maïté Fossen, Lluis Ayet, Frédéric Gies, Joanne Leighton, Edouard Levé, Daniel Larrieu, Fanny de Chaillé, Philippe Ramette, Martine Pisani, Alain Buffard, Herman Diephuis, Thomas Baeur, Vera Mantero, Boris Charmatz, Christian Rizzo, Emmanuelle Hyunh.
Christophe est diplômé d’état pour l’enseignement en danse contemporaine.
En 2013, il co-écrit avec Cédric Andrieux la pièce intitulée Les Communs.

Nadia Lauro

Nadia Lauro, scénographe, développe son travail dans divers contextes (espaces scéniques, architecture du paysage, musées). Elle conçoit des dispositifs scénographiques, des environnements, des installations visuelles. Ses espaces au fort pouvoir dramaturgique génèrent des manières de voir et d’être ensemble inédites.
Elle collabore avec les chorégraphes et performeurs Vera Mantero, Benoît Lachambre, Frans Poesltra, Martin Belanger, Barbara Kraus, Emmanuelle Huynh, Fanny de Chaillé, Alain buffard, Antonija Livingstone, Latifa Laabissi , Jonathan Capdevielle, Laéticia Dosh et Jennifer Lacey, avec laquelle elle co-signe de nombreux projets. Leur collaboration fait l’objet d’une publication Jennifer Lacey & Nadia Lauro, dispositifs chorégraphiques par Alexandra Baudelot publiée aux Presses du Réel.
Elle reçoit le prix The Bessies, New York Dance and Performance Awards pour la conception visuelle de $Shot (Lacey / Lauro / Parkins / Cornell). 
Elle fonde avec l’architecte Laurence Crémel, l’association Squash Cake Bureau où elle crée des aménagements paysagers et du mobilier urbain. 
Elle scénographie également des concerts dont Transhumance /Cocorosie/ Nadia Lauro/Gaspard Yurkévitch) et des expositions, récemment  Sunra: The Cosmo Man, Nottingham Contemporary.
Elle conçoit une série d’ installations/performance Tu montes, As Atletas, et I hear voices, des environnements scénarisés développés dans divers lieux (musées, foyers de théâtre, galeries, jardins) en Europe, au Japon et en Corée.
Elle présente La Clairière (Fanny de Chaillé/Nadia Lauro), un environnement visuel immersif pour entendre au Centre Pompidou, 4ème édition du Nouveau festival / Khhhhhhh Langues imaginaires et inventées et collabore depuis 2014 comme artiste associée au festival Extension Sauvage (Latifa Labissi / Figure Project)

Grégoire Monsaingeon

Formé à l’ENSATT, depuis 1997, il explore les textes classiques et contemporains (Walser, Strindberg, Beckett, Ibsen, Faulkner, Garcia Lorca, Pasolini, Sarah Kane, Shakespeare, Camus, Musset, Molière, Racine, Büchner) en traversant les univers disparates de nombreux metteurs en scène (Sergueï Issayev, Leïla Rabih et Markus Joss, Gwénaël Morin, Laurent Fréchuret, Michel Raskine, Richard Brunel, Christophe Perton, Philippe Vincent, Joris Lacoste) et prolonge ces explorations avec les danseurs du Label Cedana (Angle mort) et les acteurs du collectif Nöjd (Yvonne, princesse de Bourgogne).
Il met en scène Grand et Petit de Botho Strauss en 1999 et Chutes de Gregory Motton en 2003 aux Subsistances de Lyon et en 2012 au Théâtre de la Cité Internationale il élabore Mmeellooddyy Nneellssoonn avec la chorégraphe Fanny de Chaillé avec qui il avait déjà collaboré sur les spectacles Ta ta ta et Coloc. Depuis 2000, il s’implique intensivement aux côtés de Gwenaël Morin et fait partie de la troupe du Théâtre Permanent aux Laboratoires d’Aubervilliers en 2009 (Lorenzaccio d’après Musset, Tartuffe d’après Molière, Bérénice d’après Racine, Antigone d’après Sophocle, Hamlet d’après Shakespeare, Woyzeck d’après Büchner).